Les Microphones


micro.gif

Le micro avec le préampli sont les pièces maîtresses de la chaîne du son. En effet, c'est grâce à lui que les ondes sonores, qui se déplacent dans l'air, vont se transformer en signal électrique. Une bonne prise de son au départ, simplifie grandement la suite.
 
 
Les grandes familles de micros :
 
Les micros dynamiques : ou à bobine mobile, qui sont essentiellement conçus pour la scène. Ils supportent de très fortes pressions sonores et ne craignent pas les chocs. L’enregistrement est moins précis qu’avec des microphones à ruban ou à condensateur. Par ailleurs, ils ont tendance à colorer le son entre 5 kHz et 10 kHz, et donnent un son plus fin dès lors qu’ils sont à plus de 30cm de distance de la source sonore. En studio, les micros dynamiques sont le plus souvent utilisés pour la prise de son rapprochée des batteries. 
 
undefined
 
Les micros à condensateur ou électrostatique : ont une membrane. Ils ont besoin d’une alimentation (fantôme) de 48 volts (la plus courante), fournie en général par les préamplis. Les micros à condensateur sont ceux qui transmettent le moins de coloration acoustique, le champ de leur sensibilité est bien plus étendu, permettant ainsi davantage de souplesse. En échange ils sont plus fragiles et saturent plus facilement. Ils sont les plus usités en studio. Ils sont le plus souvent utilisés avec une suspension élastique et associée à un filtre anti-pop (bruit de bouche : « p » = pop).
 
undefined
 
Les micros à ruban : sont très fragiles. Ce type de micro est très sensible, en particulier dans le cas de fréquences sonores extrêmement basses. Les micros à ruban sont le plus souvent utilisés pour la prise de son rapprochée et uniquement en studio car ce sont les plus coûteux.
 
Les microphones à électret : Proche voisin du microphone à condensateur, mais disposent d'un composant à polarisation permanente : l'électret. Le problème, c'est que la charge de polarisation diminue dans le temps, ce qui se traduit par une perte de sensibilité du micro au fil des années. Ils nécessitent une alimentation, soit fantôme, soit par pile. 
 
 
Les micros sont caractérisés par :
 
La taille de leur capsule :
En général, la bande passante ainsi que le rapport signal-bruit, sont fonction de la taille du diaphragme, qui est abrité par la capsule.
 
Capsules de petite taille : < 1,25 cm. Extrêmement précis dans toute la gamme audible (20 Hz à 20 kHz), mais avec un faible rapport signal-bruit. Utiliser pour les mesures.
 
Capsules de moyenne taille : 1,25 cm < > 2 cm. Travaillent dans la gamme de 20 Hz à 18 kHz, avec un rapport signal-bruit exploitable en enregistrement.
 
Capsules de grande taille : > 2 cm. Ils ont le meilleur rapport signal-bruit, et sont d’une plus grande sensibilité, mais qui diminue fortement à partir de 14 kHz. Plus la capsule est grande, plus les basses fréquences sont précises.
 
Leur directivité :
La directivité décrit la réaction d’un micro face aux sources sonores. 

Directivite.jpg

   Cardioïde           Hyper-cardioïde      Omnidirectionnel      Bidirectionnel             Canon     
 

Cardioïde : Les microphones cardioïdes sont unidirectionnels, ils prennent le son d'une seule direction, l’avant de la capsule.
 
Hyper-cardioïde : Les hyper-cardioïde présentent un champ de sensibilité encore plus étroit que les cardioïdes classique et s’utilisent pour les enregistrements très “focalisés”. Ils sont dit « directifs ». Plus un micro est directif, plus on rencontre un phénomène appelé "l’effet de proximité" (plus on s'éloigne du micro, plus on perd les basses fréquences). Mais sont moins sensibles aux larsens.
 
Omnidirectionnel : Ils recueillent les sons provenant de toutes les directions avec la même précision. Ils ont tendance à devenir plus directionnels à mesure que les fréquences augmentent.
 
En 8 ou bidirectionnel : Ils sont sensibles sur les deux faces opposées du micro et rejette les sons venant sur les côtés. Idéal pour un duo.
 
Canon : Ils ont une directivité ultra cardioïde. Ils sont idéaux pour capter une source éloignée. 
 
 
Exemples d’utilisations :
Ce sont seulement des exemples à titre indicatifs. Il existe de nombreux micros, à vous de choisir ceux qui vous conviendrons le mieux.
 
La voix :                
- Shure SM 58 : « La référence » sur scène, assez neutre.
- Shure Beta 58 : Est la gamme au dessus, il accentue un peu les hauts médiums, A éviter sur une voix féminine. (Beta = plus de gain)
- Sennheiser E-855 : « Péchu » et clair.
- Shure Beta 87 A : Clair et dynamique, micro exceptionnel pour les concerts.
- AKG C 414 B-XL II : Bon à tout faire en studio.
- Neuman U87 A : LA référence des studios.
- Neuman M149 : La Rolls Royce des micros de studio.
 
La batterie :        
- Grosse caisse : Shure Beta 52 A, Audio-Technica ATM 25
- Caisse claire : Shure SM 57
- Toms : Shure SM 57, Shure Beta 57, Audio-Technica ATM 41, Sennheiser MD 421.
- Charley : AKG C 391 B,
- OverHeads : AKG C 391 B, Oktava MK012.
 
La basse : 
 - Est généralement prise avec un DI (Direct Box).
 
La guitare : 
- Royer R121, Beyer Dynamique M88 TG, Sennheiser E609, Shure SM 57.
 
Les cuivres :
- Shure Beta 57, Shure SM 81, AKG C 1000 S, Audio-Technica ATM 33.
 
Les percussions : 
- Shure SM 57, Shure Beta 57,
Sennheiser MD 421.
 
L'accordéon : 
- Shure Beta 57 + Shure Beta 52A.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :